dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Mon expérience avec le chômage

Aujourd’hui, on parle chômage, ce mal qui touche aujourd’hui beaucoup d’entre nous.
J’avais envie de partager avec vous mon expérience et les petites astuces qui m’ont permises de garder la tête hors de l’eau dans les moments de découragement.

Tout d’abord, petit préambule sur mon expérience professionnelle et mes études.

Suite à une 1ère année en école de commerce qui s’est soldée par un échec, je me suis dirigée vers un BTS Communication, qui correspondait davantage au secteur vers lequel je souhaitai me diriger  par la suite. Durant mes 2 années d’études, j’ai effectué 3 stages, tous dans la même entreprise grâce à laquelle j’ai pu évoluer à chaque fois dans mes postes pour finir chef de projet événementiel.
J’ai obtenu mon diplôme en 2013.
Suite à cela, j’ai fait une licence en communication, relation presse et événementiel que j’ai réalisé à l’ENSEC (une école de communication à Nantes) en alternance, toujours dans la même entreprise. Grosso modo, j’étais le lundi, mardi et mercredi en entreprise à Tours et le jeudi et vendredi en cours à Nantes.
Après avoir obtenu mon double diplôme (diplôme de l’école + diplôme de l’Etat) en juillet 2014, j’ai pris la décision d’arrêter là mes études et de me lancer sur le marché du travail !

Le chômage

Je suis partie plutôt sereine étant donné que l’entreprise dans laquelle j’avais effectué la plus grosse part de mon expérience professionnelle m’avait parlé d’une embauche.
Cherchant tout de même du travail à côté, j’avais bon espoir pour qu’on me propose un CDI rapidement.
Et finalement en Octobre, la douche froide : la demande d’embauche qu’avait faite mon patron pour me proposer un poste a été refusée.

Je me suis alors retrouvée sans rien étant donné que les lettres de motivation que j’avais pu envoyer jusque là n’avait eu aucunes répercutions.

C’est un coup dur quand, pendant plusieurs mois, on cherche du boulot en se disant au fond de soit : « C’est pas grave si je n’ai pas de réponse, de toute façon mon ancien patron m’embauchera d’ici peu ! »

J’ai donc continué à postuler à plusieurs offres d’emploi, à m’inscrire dans des agences d’intérim’, à chercher des petits boulots, mais quand on arrive en fin d’année, les offres d’emploi dans mon domaine étaient assez rares (déjà qu’elles le sont en temps habituel…).

Quand une entreprise s’intéressait à moi, j’étais toujours soit trop jeune, soit je n’avais pas assez d’expérience et donc pas assez « chevronnée » pour pouvoir (selon eux) répondre aux exigences du poste.

A la longue, c’est lourd, on perd confiance en soit et on rentre dans la spirale infernale du « De toute façon à quoi ça sert, ils ne voudront pas de moi ».

J’ai traversé une période assez difficile entre Décembre et Février où j’étais complètement découragée. Envoyer une lettre de motivation et un CV me prenait un temps infini tellement je me posais de questions sur moi, sur ce que je valais, sur ce que je voulais faire, etc…

Moi qui suis une fille assez active, devoir rester chez moi toute la journée à n’avoir rien à faire, à n’avoir aucune visibilité sur mon avenir et aucun projet me déprimait vraiment.
J’ai commencé à faire des crises d’angoisses, à sortir de moins en moins de chez moi, à perdre le peu de confiance qui me restait… Je n’avais jamais connu ça, et quand ce genres de choses nous tombent sur le coin de la tête, c’est très angoissant.

C’est au mois de Février, lorsque nous avons prit la décision de partir au Nicaragua, que j’ai commencé à refaire surface.
Ce n’était pas du boulot mais un projet, enfin ! J’allais pouvoir découvrir de nouvelles choses, partir loin de mes peurs et de mes angoisses… Le bonheur quoi !

Effectivement, ce voyage m’a fait le plus grand bien ! Je suis revenue plus motivée que jamais, prête à en découdre !

A mon retour, j’ai redoublé d’efforts : inscription dans les agences d’intérim’, salons pour l’emploi, envois de candidature à tir larigot…

Et ça a payé, j’ai finalement décroché mon 1er boulot depuis 8 mois en Avril !
Alors ok, ça n’était que 6 jours, pour aller faire des ménages dans un centre de vacances mais p***** qu’est ce que ça faisait du bien de se lever avec un objectif le matin !

1 semaine après la fin de ce petit boulot, je recevais un appel d’un directeur d’une WebTV qui voulait que je vienne l’aider pour l’organisation du lancement d’une association.
Au début la mission était de 5 semaines, puis a été renouvelée jusqu’à début Décembre.
Finalement mi-décembre, j’ai été embauchée en tant que chef de projet junior au sein de l’agence de communication que je souhaitais intégrer à la fin de mes études.

Le chômage

Le système d’aujourd’hui aide déjà difficilement les jeunes peu ou pas diplômés à trouver du boulot.
Malheureusement, même en ayant des diplômes, les aides sont pauvres pour les demandeurs d’emploi.
Ne parlons pas de Pôle Emploi qui dans mon cas n’a servi strictement à rien.
Dès mon 1er rendez-vous, on me disait que ce n’était pas la peine de compter sur eux pour trouver quelque chose dans ma branche… Super !

Tout ça pour dire que si vous aussi vous traversez cette période qui est compliquée, durant laquelle on se sent souvent seule et incomprise : ne désespérez pas !

Trouvez-vous des objectifs, des passions, partez, changez vous les idées ! Mais ne restez surtout pas sur place à vous dire que c’est fichu.

C’est toujours dans les moments où on s’y attend le moins que ça arrive ! Ces moments où on se rebooste et où on garde espoir ! Après tout s’enchaîne.

N’écoutez pas ce que vous dise les autres. Ils ne comprennent souvent pas votre situation, l’état d’esprit dans lequel elle peut vous mettre. Entourez-vous des bonnes personnes qui sauront vous booster et qui ne vous disent pas juste : « Bah, si tu cherchais vraiment tu trouverais ! ».
Je détestais qu’on me dise ça dans les moments où je savais que je cherchais à fond, comme dans les moments où je ne cherchais plus, parce que ça me déprimait trop. Je me sentais alors encore plus mal envers moi même avec ce genre de réflexion.
Le chômage, c’est pas juste de la fainéantise ou de la glandouille comme le croient beaucoup de personnes. Cette situation ne demande beaucoup d’énergie et un énorme travail sur soi-même.
Je me souviens, durant les périodes où je n’étais vraiment pas bien, j’étais très fatiguée. Je me torturais l’esprit toute la journée, je stressais, me posais 1 000 questions sur moi, sur ce que je voulais, sur ce que j’allais faire…

La clé, c’est d’essayer d’être le moins inactif possible : aller faire du sport, profiter de son temps libre pour s’occuper un peu plus de soit, prendre du temps pour sa passion, appeler des amis, de la famille, écrire, lire, que sais-je encore !
Ce qui m’a également beaucoup aidé, c’est d’être entouré de personnes qui se trouvaient dans la même situation que moi. Ensemble, on est plus fort pour se motiver, pour aller faire des démarches, aller dans des salons, etc.

Le plus important finalement c’est de garder espoir parce que le bout du tunnel n’est jamais loin !

Si vous aussi vous avez connu ce genre de moments, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires

XOXO
signature
10 Responses
  • Marion
    19 . 01 . 2016

    J’ai l’impression que j’aurais pu écrire ton article tellement je m’y retrouve sur de nombreux points. Il y a un an, j’ai quitté un super boulot que j’adorais pour retrouver mon homme en Australie, dans une region que je connaissais déjà très bien… et sans possibilité de travail pendant trois mois. Et j’avais beau être en Australie, ce fut très dur à gérer car je m’étais mise moi même dans cette situation…
    Se lever le matin sans avoir d’objectifs, la solitude, l’incompréhension des proches restés en France qui ne comprennnent pas ma déprime parce que l’Australie c’est magnifique et que je devrais en profiter plus, se torturer l’esprit et être tout le temps fatiguée, en faire des insomnies… quand j’y pense, franchement je ne souhaite ça à personne. (Maintenant je suis en Freelance et j’adore mon boulot! 🙂 ) Bonne continuation à toi en tout cas!

    • Hello Sunshine
      19 . 01 . 2016

      Je suis contente que tu ais pu te sortir de ça, en tout cas c’est une belle preuve d’amour pour ton homme !
      J’espère qu’aujourd’hui tu arrives à profiter à fond de l’Australie si tu y es toujours !
      Bonne continuation à toi aussi 🙂

  • Je me retrouve énormément dans ton article ! J’ai quitté Paris pour Bordeaux en mars dernier et depuis je suis au chômage. Je cherche en marketing/communication et en province, même dans une grande ville, c’est très compliqué.
    Dès le début Pôle Emploi a été clair « vous ne trouverez rien ici rentrez à Paris ». Sympa. Finalement pendant 6 mois j’ai eu droit à une conseillère dans le cadre d’un accompagnement jeunesse et elle m’a beaucoup aidée.
    Mais c’est pas facile ! Du coup j’ai pris un chien pour me forcer à sortir un peu de chez moi et ça m’aide beaucoup puisque je ne connais personne dans cette ville :/

    • Hello Sunshine
      19 . 01 . 2016

      On est exactement dans le même secteur d’activité… C’est hyper compliqué. Et s’éloigner de ses proches ne doit pas aider à garder le moral.
      Mais garde espoir ça va venir !
      Je voulais me prendre un chien aussi (mais Monsieur ne voulait pas..) !
      J’espère qu’il pourra t’aider à faire des rencontres au travers de tes balades !
      Bon courage à toi, ne perds pas espoir !

  • Annabelle
    19 . 01 . 2016

    Effectivement , c’est toujours quand on ne s’y attend pas qu’on trouve finalement quelque chose : j’ai été au chômage pendant environ 2 ans , bon j’avoue j’en ai un peu profité jusqu’au bout , je cherchais mais pas très assidument ( après 5 ans à un poste où ça se passait plutôt mal , j’étais bien contente de pouvoir me reposer & m’occuper ) & puis est arrivée la fin du chômage , le début du RSA & surtout une grosse période de flip total ( qui m’a même déclenché une crise d’eczéma ) :  » Mais qu’est ce qu’on va deveniiiiiir ?  » & puis … j’ai trouvé un boulot pile à ce moment là !

    Bref , tout ça pour dire que ouai en effet , ça fini par arriver , même si on n’y croit plus .

    & puis je plussoie : il ne faut pas se laisser abattre , ne pas passer ses journée à chercher un boulot désespérément . On peut y consacrer une partie de la journée , quelques heures , mais il faut aussi savoir se changer les idées , s’occuper , voir du monde …

    Bref voilà , en gros je ne fais que confirmer ce que tu a déjà dit & ce commentaire ne sert à rien 😀

    • Hello Sunshine
      19 . 01 . 2016

      Haha, si merci d’avoir réagi et partagé ce que tu as vécu !
      J’espère que tout va mieux pour toi maintenant !

  • Justine
    19 . 01 . 2016

    Tu as très bien raconté cette expérience difficile.
    Et je trouve incroyable qu’on se sente si seul dans ces moments là, alors que justement des milliers/millions de personnes sont dans la même situation !
    C’est un comble!
    Bravo pour ce nouveau job!
    Bises
    Justine
    http://www.cequejeveux.net

    • Hello Sunshine
      19 . 01 . 2016

      Je suis bien d’accord avec toi, c’est un comble !
      Mais dans ces moments difficiles, on ne veut parfois pas voir plus loin que le bout de son nez et on en oublie que non, on est pas seule.
      D’où l’importance d’essayer de s’ouvrir au maximum aux autres 🙂

      Merci à toi pour ton commentaire
      Bisous

  • CupcakesMusicTea
    21 . 01 . 2016

    Merci pour ton article , il me donne de l’espoir !
    Cette situation est dure à vivre , on se sent souvent seule , notre entourage ne nous comprend pas toujours. Non ce n’est pas facile de trouver du travail , il y a des jours où on est découragés , on se dévalorisent. J’ai dû mal à envisager des projets , l’angoisse de ne pas retrouver du travail est présente…
    ça fait du bien de lire ce texte et se dire  » non je ne suis pas toute seule » et de voir qu’il y a aussi du positif , essayer de garder la motivation .

    • Hello Sunshine
      22 . 01 . 2016

      J’espère avoir pu t’aider avec ces quelques lignes et non, comme tu peux le voir, tu n’es pas seule !
      Ne te décourage pas et continue à croire en toi !
      Bisous

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *